FAQGroupesAccueilMembresConnexionS'enregistrerCalendrierRechercher

Partagez|
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 26/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Histoire du royaume d'Agonie. Jeu 26 Fév - 11:55
Histoire du Royaume d'Agonie
Le Royaume d'Agonie hérite d'une riche histoire s'étalant sur plusieurs siècles, des premiers peuples barbares habitants les côtes aux royaumes Oultresylvains conquis par les Aurores venus de l'autre côté du détroit puis pour finir par la conquête d'Ewynn et la fondation de ce que l'on appelle l'Empire Humain.
Mais son histoire commence réellement à la naissance de la première abomination, qui marque la scission entre le Nord et le Sud provoquant la chute de l'Empire. Le Royaume devient alors indépendant et on parlera alors du premier Roi d'Agonie.


La conquête d'Ewynn.
C'est lorsque Ewynn conquit les Duchés des Aurores fondés sur les anciens royaumes Oultresylvains qu'il est sacré Empereur des Humains, un empire se voulant être universel.
Il devient Roi d'Amorce et Roi d'Agonie, Empereur des Humains.
Sous son règne, le royaume se modernise considérablement et passent littéralement dans une nouvelle époque.


L'effondrement de l'Empire
Ewynn finit par être assassiné dans de mystérieuse circonstance et meurt sans descendance. On raconte que l'Héliostaroste dont il était l'Augure, le messager, aurait maudit son assassin sur plusieurs générations.
Sa sœur, Rheda, devient impératrice des humains en attendant un héritier du sang d'Ewynn.
Lorsqu'elle donne naissance à celui ci quelques mois après la mort de son frère, il ne fait plus aucun doute sur l'identité de l'assassin de l'Empereur. Rheda accouche d'un être difforme qui plonge le royaume dans la crise.

« Naquit de l'Impératrice un être immonde.
Ses yeux étaient rouges sangs, sa peau bleutée et craquelée sur tout son dos, ses jambes arquées et ses bras atrophiés. Le pire était son cri, il n'était pas différent des autres nouveaux nés, mais il montrait que ce monstre était en vie. Les médecins présents et les généraux d'Ewynn venus assister à la naissance de leur nouvel Empereur, étaient tous stupéfait et ecoeurés par l'être difforme.
Une infirmière, à l'instinct maternel plus fort que les autres, prit l'enfant honteux et le mit dans une couverture.
La naissance de l'abomination ne tarda pas à faire le tour du royaume. »

- Fidouris, "Chroniques d'Agonie"


La naissance de la première abomination marque le début de la Guerre entre le Royaume d'Armoce et le Royaume d'Agonie, signant l'effondrement de l'Empire Humain.
Alors que le Nord ne reconnaît le successeur d'Ewynn que par le sang et accepte de garder l'abomination comme seul héritier légitime, le Sud préfère un héritier spirituel plutôt que dynastique.
Le Sud élit un nouvel Empereur mais celui ci ne peut prétendre à la couronne impériale sans la reconnaissance des Seigneurs du Nord ce que ces derniers refusent. Dans un même temps, le Sud refuse de se soumettre à l'autorité de l'Impératrice. La guerre ne peut être évitée.

Après de longues batailles pendant plusieurs années, le vainqueur reste indéterminé. Les deux Royaumes sont épuisés et s'accordent à signer une paix blanche.
Le Traité de Roseval reconnaît l'indépendance des deux Royaumes et la fin de l'Empire Humain.

Le règne des Sept abominations.
Rheda perd son titre d'Impératrice et son fils est sacré Roi d'Agonie. Rheda reste tout de même la régente et dirige le Royaume. Elle tentera à nouveau d'avoir des héritiers, mais toutes ses progénitures naîtrons mal formés. Pour autant, ils sont du sang d'Ewynn et l’Église cherchera à les protéger coûte que coûte pour ne pas que s'éteigne la dynastie de l'Augure.
Mais les prêtres ne peuvent empêcher la mort naturelle de la première abomination à seulement 10 ans. Monte sur le trône son frère toujours sous la régence de la Reine Mère qui dirige le Royaume d'une main de fer. La seconde abomination sera très protégée, au point que la Reine Mère occupera tout l'espace politique jusqu'à sa mort qui surviendra en 29.
Officiellement la régence prend fin, mais Onyss ne prendra jamais réellement part au pouvoir et ne sera qu'un pantin, tout comme ses 5 successeurs, au service des Seigneurs du Royaume qui auront en main le réel pouvoir.

Onyss aura deux fils, eux aussi difformes et mourra en 38 à l'age de 23 ans. Son fils, Onyss II, monte sur le trône pour seulement 3 ans et son frère le remplacera pour 11 ans.
Mourant très jeunes et sans héritier, monte sur le trône leur plus proche cousin issu d'une des filles de Rheda, Grimaud, marqua un changement de dynastie.
Grimaud est lui aussi mal formé et très jeune, mais contrairement à ses prédécesseurs qui étaient de pure Aurore, Grimaud a grandit dans les terres d'Agonie et est d'une culture à la fois Aurore et Oultresylvain.
Moins touché par la malédiction que les autres, Grimaud tentera de reprendre un peu de pouvoir sur les régents et fera quelques apparition publique.

« Grimaud était une abomination, mais il avait quelque chose qui le rendait attachant.
Il avait une jambe plus petite que l'autre qui le faisait boiter, son buste était mal formé mettant sa cage thoracique en avant et ses épaules bien trop en arrières. Son visage, qu'il tentait de cacher par une grosse barbe, ne possédait pas de menton, son nez était étrangement boursouflé et l'un de ses yeux était anormalement énorme.
Mais sous son corps meurtrit par la malédiction de sa grand mère, se cachait un être généreux, drôle et gentil. Ses apparitions en publique étaient toujours un spectacle tant il savait manier à la perfection la langue du pays.
Sa disparition à l'age de 38 ans endeuilla le Royaume pour longtemps. »

- Fidouris, "Chroniques d'Agonie"


Grimaud réussi à vivre très âgé en comparaison des autres abominations. En déhors de ses devoirs royaux qui menait avec enthousiasme, il mena une vie de débauche. Il eut d'innombrable enfants qui , tous difformes, moururent en bas âge. Beaucoup de ses maîtresses, sachant porter un monstre en leur sein, ne le supportaient et préféraient mettre fin à leur jour.
Le bon roi Grimaud fini par mourir de sa mal formation à l'age de 38 ans, et l'un de ses fils monta sur le trône sous le nom de Grimaud II.
Le nouveau Roi n'avait pas le charisme de son père et son règne signa un retour à une régence puissante et à un monarque très en retrait, renforçant l'impression de disparition de Grimaud auprès du peuple qui ne voyaient plus leur souverain.
Grimaud II ne régna que 10 années et s'éteignit à 26 ans. Son fils le remplaça à l'age de 6 ans.

L'Usurpation de Philéal.
En 83 naît Philéal de Montastral. Il est le fils d'une abomination descendante de Rheda et possède l'originalité d'être totalement valide.

« Alors que sa mère était une naine difforme auquel il manquait les tibias et deux doigts à chaque mains, Philéal était un beau jeune homme aux cheveux blonds, aux épaules larges et à la stature forte. Il était grand, tenait bien sur ses deux pieds, avait tous ses doigts et toutes ses dents. Sa démarche était normale et assurée, sa voix n'était pas chevrotante et son regard allait dans une seule direction. Philéal n'était pas seulement valide, il était parfait. »

- Fidouris, "Chroniques d'Agonie"


Pour sa mère, Philéal met fin au règne des abominations, il est le signe du pardon de Dieu sur l'horrible meurtre de Rheda, il est le véritable héritier d'Ewynn, le nouvel Augure chargé de mener l'humanité.
La mère de Philéal passera sa vie à prêcher la gloire de son fils, à crier qu'il est l'élu, le véritable roi légitime désigné par Dieu et grâce au soutient de l'Eglise qui y voit aussi en Philéal la miséricorde divine, elle réussira à obtenir l'appui de puissants alliés.
Lorsqu'il aura la majorité en 105, Philéal marchera vers le destin que sa mère a écrit pour lui dès sa naissance. Avec son armée, il avancera vers la capitale du Royaume pour destituer l'abomination en place.
Mais il sera confronté aux régents, ces puissants Seigneurs qui détiennent le réel pouvoir du Royaume et qui sont bien heureux d'avoir un roi pantin et incapable.
L'Agonie plonge dans la guerre civile.
Les troupes de Philéal, gargarisées par la religion en pensant se battre pour le réel héritier d'Ewynn, gagnent d'importantes batailles et une année après le début du conflit elles entrent dans le Palais Royale où l'abomination est capturée et tuée.
Philéal monte sur le trône mais mettra plusieurs années à asseoir son autorité sur tous les Seigneurs du Royaume.
Considéré par tous en Agonie comme le légitime héritier d'Ewynn, Philéal prétend naturellement à la couronne d'Empereur des Humains. Il se donnera pour objectif, après avoir pacifié son propre royaume, de reconquérir le Royaume d'Amorce de l'autre côté du détroit.
En 115, il déclare une guerre sainte pour prendre le contrôle de l'Amorce. Il traverse le détroit avec sa flotte et débarque sur les côtes.
Le début de la guerre est nettement à l'avantage de Philéal, mais le Roi d'Amorce reprendra le dessus en rassemblant ses forces et en profitant des dissidences dans les troupes du Roi d'Agonie.
En effet, entre temps beaucoup d'abomination ont donné naissance à des enfants sains, et le comportement de Philéal en tant que monarque tout puissant a réduit son prestige auprès de ses vassaux même les plus fidèles. Philéal n'arrive plus à fédérer et plusieurs défaites en Amorce n'aident pas à redorer son blason. En pleine guerre ses troupes se disloquent, la défaite est inévitable.
Philéal est capturé et tué par l'ennemi (prouvant pour eux qu'il n'était pas protégé par Dieu). Plusieurs fait étranges montreraient que ce sont ses propres généraux qui l'ont livré pour terminer une guerre qui avait trop durée.
Le régent désigné signe un traité de paix en 119 contre la libération des côtes de l'Amorce et le versement d'un lourd tribut.
Philéal meurt sans héritier, son seul enfant étant mort en bas age. Le Royaume plonge dans une courte guerre de succession, mais les Seigneurs s'accordent rapidement à reconnaître Edmond de Trisaïeul qui donne à sa dynastie le trône pour 6 générations.

La Révolte de L'Espée
Sous le règne d'Armand III, environ 120 ans après Philéal, le royaume connaît une période sombre. Le territoire subit plusieurs catastrophes, des inondations, des tempêtes. Les mauvaises récoltes causent de grave famine chez les plus pauvres.
Rapidement, des rumeurs lient ces mauvais présages au Roi lui même. En effet, Armand III a une drôle de personnalité. Il vit reclus dans son château où il se donne à une vie de débauche, assouvissant ses désirs déviants. On raconte qu'il aurait laissé le royaume aux démons en concluant un pacte avec eux et qu'il serait lui même un vampire.
La colère gronde, aussi bien parmi le peuple que les Seigneurs. Gui de l'Espée, Duc de Carmolite, prend la tête d'un groupe chevalier avec pour intention d'entrée dans le château pour parler au Roi.

« Les braves chevaliers n'en crurent pas leurs yeux. L'intérieur du château était tapissé de sang, de chair humaine, d'excréments et autres déjections. L'odeur était atroce, elle brûlait les narines et donnait la nausée.
Dans des cages attachées au plafond, des femmes et des enfants, nus à la peau lacérée, poussant des râles de douleur, suppliant la mort de les prendre.
Au centre, la table était mise. Dans des plats d'argents sertis d'émeraudes, des morceaux de corps découpés, des organes, des yeux, des cœurs et des cerveaux. Le Roi maudit se régalait à son trône, les babines ensanglantées, d'une main humaine qui semblait encore bouger toute seule.
Il vit les chevaliers le surprenant dans sa déviance. Il se leva, prononça une incantation dans une langue démoniaque et se transforma en cobra géant.
Il ne faisait plus aucun doute que les rumeurs étaient fondées, le Roi avait passé un contrat avec les seigneurs des enfers et était devenu une immonde infamie mangeur de chair humaine. »

- Fidouris, "Chroniques d'Agonie"


Selon la légende, Gui de l'Espée et son groupe auraient surprit Armand III dans son château alors qu'il effectuait des incantations démoniaques. Ils les auraient attaqués et Gui lui aurait tranché la tête. Cette histoire fut moult fois racontée et dérivée.
Gui de l'Espée, aidé par les chevaliers qui l'avaient suivi, passa pour un héros, celui qui vainquit le démon, son prestige fut immense. Il prit sous son aile le fils héritier d'Armand III et fut désigner régent du Royaume.
Mais habilement, au fils des années, Gui de l'Espée réussit à écarter le fils d'Armand III pour usurper le trône et se faire sacrée Roi.
A sa mort, son fils Lambert monta sur le trône et continua l'oeuvre de son père, à savoir truster les ressources du Royaume pour augmenter la richesse et le patrimoine personnelle de la famille.
Évidemment, cela fini par énerver la noblesse, surtout celles tenues à l'écart des richesses et celles spoliées.
Une nouvelle révolte mit le royaume à feu le plongeant dans la guerre civile.
Les Seigneurs rebelles, menés par Donatien de Karbau, prirent Verastre et capturèrent Lambert de l'Espée. Ils forcèrent le Roi à abdiquer et à signer un traiter qui annulait tous les titres et richesses de la famille de l'Espée. Lambert parvient à négocier un petit territoire à l'extrémité nord du Royaume qu'on lui accorda en souvenir de son père.
Donatien de Karbau monta sur le trône d'Agonie et reprit le titre de Duc de Carmolite dont il était le vassal.

Le soulèvement Longuesjarres
Les longuesjarres sont une ethnie originaires de l'Ouest, présent en Agonie bien avant l'arrivée des Aurores et d'Ewynn. Ils occupent majoritairement le Duché de Carmolite et un peu le nord du Duché de Rivenoir dans la ville de Pontlyrie.
Peuple fier et patriotique, ils ont été dominés et maltraités par les Seigneurs d'Agonie qui ne les considéraient pas comme des sujets du royaume.
Lorsque les Karbau, une famille d'origine (lointaine) longuesjarres prit le pouvoir, ils pensèrent que les choses allaient changer mais les faux espoirs ne firent qu'empirer le sentiment d'injustice.
Personne n'entendit la révolte gronder et c'est avec surprise que les Seigneurs de l'Agonie virent les Longuesjarres se soulever d'un seul homme.
En seulement quelques jours, et sans réaction de la couronne, le duché de Carmolite s'embrassa dans la révolte populaire. Des bourgeois Aurores furent massacrés, leurs maisons brûlées et des barricades se montèrent dans les villes qui devinrent des zones de non-droit.
Un homme monta au sommet de la marée humaine révoltée, Jan-Marius de Slang, noble de carmolite d'origine Longuesjarres. Il déclara son peuple libre et indépendant.
Les longuesjarres l'élurent Roi, mais Jan-Marius refusera toujours ce titre qu'on veut lui donner.

« Jan-Marius de Slang n'avait rien du titre que voulais lui donné le peuple Longuesjarres. C'était un être répugnant, aux jambes courtes et au visage simiesque.
Il n'avait de noble que le statut, car ses manières n'étaient pas celles d'un seigneurs mais celles d'un gueux. On racontait qu'il était le fruit d'un inceste entre cousins et qu'il avait été élevé par des porcs car ses parents préféraient forniquer toutes la journée plutôt que de s'occuper de lui.
Les études historiques menaient par l'Académie des Sciences d'Agonie montreront à quel point cet homme était imbu de lui même et que le combat respectable qu'il menait n'était conduit que par la soif de pouvoir et d'argent.
Seulement seigneur des lâches, il fut retrouvé caché au fond du fosse à purin lorsque les troupes du bon Roi Lucien Ier entrèrent dans Charlerie. »

- Fidouris, "Chroniques d'Agonie"


Donatien Ier du se rendre à l'évidence, les Seigneurs de Carmolite avaient été chassés de leurs terres et les troupes du royaume étaient en déroute totale, ce n'était plus qu'une simple révolte mais bien une guerre.
Le Roi prit les choses en main, rassembla son armée et se dirigea vers son Duché.
Il constata sur place la gravité de la situation, les campagnes avaient été faciles à reprendre, mais les grandes villes étaient barricadées et bien défendues par les insurgés.
Le Roi commença le siège de Charlerie où était retranché Jan-Marius en 289. Mais après un an, la ville résistait toujours on ne sait comment. Ne voyant pas d'issu, Donatien Ier engagea des négociations avec le chef des révoltés alors que les royaumes Longuesjarres à l'Ouest de l'Agonie commençaient à s'intéresser au conflit.
Vers le milieu de l'année 290, plusieurs villes furent reprises, dont Pontlyrie, mais Charlerie résistait toujours et aucune stratégie ne permettait d'assaut direct.
Donatien Ier donna l'ordre de ne rien faire aux Longuesjarres capturés dans les autres villes, essayant d'amadouer les habitants de Charlerie qui perdaient espoir, mais lorsque le Roi tomba gravement malade aux porte de la cité, les Longuesjarres y virent un signe de Dieu leur montrant qu'il était de leur côté.
Le Prince Lucien prit les commandes. Ce dernier n'avait pas les compétences diplomatique de son père et ni la patience. C'était un homme belliqueux et autoritaire.
Il ordonna de lancer l'assaut sur la ville, malgré les réticences de ses généraux.
La bataille de Charlerie fut un massacre pour les deux camps et les troupes royales ne gagnèrent que parce qu'elles étaient en plus grand nombre. 150 000 personnes seraient mortes ce jour là.
Les troupes du Roi ne firent aucune distinction entre les miliciens, les femmes et les enfants.
Quelques jours après l'annonce de la prise de Charlerie, plusieurs foyers longuesjarres se soulevèrent à nouveau mais furent réprimés très durement.
Jan-Marius de Slang fut retrouvé dans sa cachette de Charlerie, emprisonné et emmené à Verastre.
Le jour du couronnement de Lucien Ier, dont le père venait de succomber à sa maladie, Jan-Marius fut l'attraction. En place publique, sous les yeux du nouveau monarque, il fut écartelé, décapité et exposé aux habitants de la capitale qui prirent plaisir à lancer des pierres et à cracher sur son cadavre.
Depuis, les longuesjarres sont redoutés et surveillés de près dans la crainte d'une nouvelle révolte, car même après presque 200 ans, ils restent très indépendantistes et prennent Jan-Marius de Slang comme un exemple, un martyre.

La Grande Guerre Sainte
La Grande Guerre Sainte débute dans la 15éme année du règne du Roi Donatien II, en l'an 374.
Elle débute par un événement presque passé inaperçu à l'époque, le retour à Verastre de religieux partis en pèlerinage sur le tombeau d'Ewynn situé en Amorce.
Peu d'oreilles les écoutèrent, mais ils racontèrent que le Roi d'Amorce entreprenait des travaux sur le tombeau, qui profanaient la sépulture de l'Augure et qu'en voulant faire entendre leur voix, les pèlerins s'étaient vu reconduire au port et mit de force sur un bateau pour leur pays natal.
Leur histoire interloqua plusieurs religieux qui voulurent voir de leur propres yeux les travaux menés par le Roi d'Amorce.
Plusieurs pèlerinages furent montés pour rejoindre le tombeau de l'Augure, mais tous se firent refouler à ses portes, si bien que le Roi d'Amorce fini par ordonner officiellement de ne plus autoriser les pèlerins d'Agonie à pénétrer son territoire, les empêchant ainsi de rejoindre le tombeau d'Ewynn.
La nouvelle remonta jusqu'aux oreilles de Donatien II qui prit la chose au sérieux que sous l'insistance du Grand Prieur. Ce dernier demanda l'intervention diplomatique de la royauté d'Agonie auprès du Roi d'Amorce qui ne pouvait interdire aux fidèles l'accès à un lieu saint aussi important que le tombeau d'Ewynn.
Le Roi d'Amorce refusa toute négociation et donna à son homologue un Casus Belli pour rompre tous les traités et déclarer la guerre.  

Donatien II vit une occasion d'augmenter son prestige et de marquer l'Histoire du royaume.
Grâce au Grand Prieur, un homme très charismatique, il réussit à mobiliser une armée immense motivée par la religion.

« Joseph de Derodh est l'un des plus célèbre Grand Prieur, non seulement pour son application dans la deuxième Guerre Sainte, mais aussi pour son charisme qui marqua l'Histoire de l'Agonie.
C'était un homme très grand aux épaules larges, le crâne chauve depuis ses trente ans et la mâchoire recouverte d'un épais collier de barbe. Tous les témoignages de l'époque révèlent que ce qui marqua le plus ses contemporain fut sa voix très grave qui l'imposait dans les plus hautes cours du royaume.
Il connu trois Rois (Lucien II, Donatien II et III), et exerça durant toute la durée de son règne une très forte influence sur la politique du royaume. Très apprécié, son décès suscita l'émotion dans tous les royaumes.
Encore aujourd'hui beaucoup de religieux se réfèrent à lui. »

- Fidouris, "Chroniques d'Agonie"


Dans le camp adverse, le Roi d'Amorce peine à rassembler ses troupes. Le royaume traverse une période difficile et le Roi est très peu apprécier par ses vassaux.
Donatien II débarque sur les côtes armociennes pratiquement sans opposition, ne rencontrant que de petites garnisons désorganisées. Le Roi d'Agonie sépare alors son armée en deux et chargele Duc de ???, l'un de ses vassaux les plus fidèles, de mener le siège de la Capitale de l'Amorce dans les terres intérieurs, pendant que lui se charge de la prise du Tombeau d'Ewynn (une action plus symbolique, à même de marquer l'Histoire).
Sur le chemin de la capitale, l'Agonie rencontre plus d'opposition, mais toujours supérieur en nombre et mieux organisées, ses troupes rapportent toutes les batailles pour finalement arriver aux portes de la ville et commencer le siège au pied de ses grandes murailles.
Le Tombeau lui est prit rapidement par Donatien II. Il se rend compte alors des projets du Roi d'Amorce, qui avait l'intention de déterrer la dépouille d'Ewynn.

Donatien a alors une idée. Constatant que la corps de l'Augure n'est pas en sécurité ici, il décide de le faire rapatrier en Agonie, dans un nouveau Tombeau luxueux et grandiose qu'il ferait construire près de Verastre.
Son grand projet censé le faire entrer dans l'Histoire provoque un tollé énorme parmi ses vassaux. Le Grand Prieur lui même est totalement contre cette idée, ce serait profaner la sépulture de l'Augure tout comme le voulait le Roi d'Amorce. Le chef religieux ne cache pas son opposition et provoque une scission dans les troupes agonniennes, tout ceux qui l'avaient suivi lui plus que le Roi pour protéger le Tombeau d'Ewynn se retrouvent opposés aux fidèles de Donatien II.
La rumeur du projet du Roi se répand et arrive aux oreilles de plusieurs Seigneurs d'Amorce. Inquiet de voir la dépouille de l'Augure quitter la pays pour celui des hérétiques, ils se mobilisent et rassemblent leurs troupes.

Donatien II, dans un premier temps, se contrefout des avis du Grand Prieur et de ceux qui le suivent. Il ordonne de déterrer le cercueil et de détruire le Tombeau. Mais se rendant bien compte que son armée menace de se déchirer, alors qu'il a toujours une guerre à mener, il finit par renoncer.
Mais le mal est déjà fait, son armée est divisée et l'opposition a fait naître de grande rivalité parmi certains Seigneurs.
Lorsque l'armée des nobles amorciens se présente au Tombeau, les troupes du Roi totalement désorganisées ne peuvent rien faire.
Donatien II se fait écraser et est finalement capturé par l'ennemi.

La nouvelle de l'emprisonnement de Donatien ne tarde pas à arriver aux oreilles du Duc de ???, menant toujours le siège de la Capitale Amorcienne. Il est dit que le Roi a déjà signé un traité de paix, mais, le Duc ne veut rien entendre.
Menant le siège depuis 3 ans, il voyait tout juste les assiégés faiblir et proche de la capitulation. C'est avec une grande frustration qu'il reçoit l'ordre de déposer les armes.
Furieux, il décide de cacher la nouvelle de la capture à ses soldats et assassina lui même le messager.
Le lendemain, il ordonna l'assaut de la ville.
Sur le papier, cette attaque frontale était suicidaire. La bataille était perdue d'avance.
Mais, motivés et dirigés par un brillant stratège, l'armée agonienne parvint miraculeusement à entrer dans la cité. Les combats se poursuivirent dans les rues jusqu'à la victoire de l'Agonie qui s'empara de la capitale.

Mais la guerre était déjà perdue avant même le début de l'assaut. Lorsque la nouvelle de l'emprisonnement de Donatien II fut officialisée, les soldats ayant participé à l'assaut suicidaire mais victorieux, furent tous extrêmement déçu et écœurés de s'être sacrifiés pour rien.
Révoltés, les soldats décidèrent de mettre la ville à sac. Les maisons furent pillées et brûlées, la population massacrée, les femmes violées.
En représailles, le Roi d'Amorce ordonna l'exécution de son homologue avant même qu'il est signé le moindre traité de Paix.
Pensant mettre fin à la guerre, la mise à mort de Donatien II provoqua un sursaut en Agonie, son fils, Donatien III, réclamant vengeance.

Histoire récente
Le Roi Lucien III monta sur le trône en 425 à l'age de 28 ans. Seul fils légitime de Donatien IV il succéda facilement, dans l'approbation de tous les Seigneurs de l'Agonie (son demi frère Robert de Canin, Seigneur de la Marche Nord ne montra aucune prétention au trône).
Lucien III continua la période de stabilité instaurée par sa dynastie depuis presque 150 ans. Son règne est marqué par les campagnes au Nord contre les Sylvains qui menacent l'intégrité du royaume par plusieurs raids répétées sur la lime nord.
Le jeune Lucien III mènera lui même plusieurs affrontements dans les forêts du Nord aux côtés de son frère Robert de Canin et du Duc des Cimes Yvain de Castellanne. Les trois formeront un trio de stratèges redoutables et redoutés par les habitants des forêts, mais la guerre s'enlise et leurs compétences ne peut rien faire face à un ennemi invisible. Après de grosses pertes lors d'embuscades Lucien III décide de mettre fin à ses désirs d'agrandissements du royaume vers le Nord.
De retour à Verastre, son prestige diminué par la défaite, il se concentre sur les affaires internes de son royaume et charge Yvain de Castellanne de la pacification de la réserve Sylvaine pendant que Richard de Canin s'occupe des arrangements avec les Sylvains du Nord.

Le Roi surprend tous ses sujets en se mariant avec Doria de Mussi, fille d'un petit baron du Duché de Carmolite. C'est un mariage d'amour qui restera dans l'histoire notamment pour sa fin tragique.
Sans héritier alors qu'il se fait vieux, Lucien III voit finalement sa femme lui donner deux héritiers en même temps tout en perdant la vie. Plongé dans le chagrin, le Roi se referma sur lui même et perdit goût à la vie. Il fait de moins en moins de sortie publique et son conseil administre presque le royaume à sa place.

Lucien III s'éteint en 466, à l'age de 69 ans. Rejetant ses deux héritiers légitimes et poussé par sa fille Fleur, il nomme son petit fils Amédée de Roson pour être son successeur légitime sur le trône.
Mais ce dernier est assassiné au lendemain de l'enterrement royal.
Ses deux fils jumeaux, Amelin et Albran, vont tous les deux réclamés le titre de Roi d'Agonie et plonger le royaume dans une guerre civile.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 26/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Histoire du royaume d'Agonie. Sam 28 Mar - 17:01
Liste des Rois d'Agonie


Monarque
Dynastie
Age au sacre
Date de règne
Notes
Ewynn----0/11 (11ans)Fondateur de l'Empire humain. Assassiné par sa sœur Rheda.
Ulrissd'Alterewynn0 ans11/21 (10ans)Fils de Rheda. Meurt naturellement à 10 ans.
Onyssd'Alterewynn6 ans21/38 (17ans)Deuxième fils de Rheda.
Onyss IId'Alterewynn4 ans38/41 (3ans)Fils d'Onyss.
Béryssd'Alterewynn6 ans41/52 (11ans)Deuxième fils d'Onyss. Meurt sans héritier.
Grimaudd'Aubont11 ans52/79 (27ans)Cousin. Premier Roi à ne pas être Aurore.
Grimaud IId'Aubont16 ans79/89 (10ans)Fils de Grimaud.
Bosond'Aubont6 ans89/106 (13 ans)Fils de Grimaud II. Destitué et assassiné par Philéal.
Philéalde Montastral17 ans106/119 (13ans)Premier Roi valide depuis Ewynn, il se présente comme son héritier légitime. Meurt exécuté par le Roi d'Amorce.
Edmond Ierde Trisaïeul14 ans119/161 (42ans)Est désigné successeur légitime de Philéal par la majorité des Seigneurs d'Agonie.
Armand Ierde Trisaïeul21 ans161/176 (15ans)---
Edmond IIde Trisaïeul12 ans176/188 (12ans)Meurt empoisonné.
Emeryde Trisaïeul22 ans188/218 (30ans)Second fils d'Armand.
Armand IIde Trisaïeul28 ans218/233 (15ans)---
Armand IIIde Trisaïeul25 ans233/241 (8ans)Est destitué par la Révolte menée par les l'Espée.
Guide l'Espée38 ans241/266 (25ans)---
Lambertde l'Espée34 ans266/279 (13ans)Est forcé d'abdiquer face à la révolte des Seigneurs.
Donatien Ierde Karbau44 ans279/291 (12ans)Usurpe le trône et met la dynastie des Karbau à la tête de l'Agonie.
Lucien Ierde Karbau25 ans291/325 (34ans)---
Lucien IIde Karbau32 ans325/359 (39ans)---
Donatien IIde Karbau45 ans359/377 (18ans)--
Donatien IIIde Karbau40 ans377/389 (12ans)--
Donatien IVde Karbau23 ans389/425 (36ans)---
Lucien IIIde Karbau28 ans425/466 (41ans)---

Revenir en haut Aller en bas
Histoire du royaume d'Agonie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» HISTOIRE D'AVALON
» La véritable histoire du Roi Sorcier d'Angmar
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Blasons de la Gloire :: Univers :: ­ :: ­­Administration :: Gestion :: Archives-