FAQGroupesAccueilMembresConnexionS'enregistrerCalendrierRechercher

Partagez|
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 26/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Religion : Les Cantos Mar 1 Sep - 13:56

Religion des Cantos

Le Culte des Cantos naît dans l'Empire du Caldéra il y a 3000 ans et se divise aujourd'hui en deux courants opposés.
Le premier, dit Orthodoxe, ne reconnaît que les Anciens Cantos et ses fidèles croient en la continuité du règne du Dieu Heleros.
Le second, appelait Calanthéïsme, reconnaît les Anciens et les Nouveaux Cantos. Ils ont foi en Calanthe qui affirme que son père Orobe (Dieu unique) a vaincu Heleros et les anciennes divinités pour prendre le pouvoir dans tous les royaumes divins.

Les Anciens Cantos
Cosmogonie
A l'origine, il n'y avait que le Chaos. Puis de l'anarchie apparu un Dieu. Il repoussa le Chaos au frontière du Néant et fonda la Terre puis les deux premiers royaumes, la Lumière et le Temps.
Il eut des enfants, qu'il nomma princes et princesses de différents royaumes qu'il créa pour eux.
Ainsi naquit le Cosmos tel que nous le connaissons.
Mais la guerre contre le Chaos n'était pas terminée. Du Néant, les royaumes des Dieux subissaient de perpétuelles attaques. Ils résistèrent longtemps, mais bientôt le Chaos devint trop puissant.
Il reprit le dessus et commença à dévorer les royaumes. Quand le Chaos arriva au porte du royaume de la Lumière, la nuit éternelle tomba. Puis lorsqu'il anéantit le royaume du Temps, le Cosmos prit fin.
Mais bientôt, un nouveau Dieu apparu et repoussa de nouveau le Chaos. Ainsi se poursuivait le Cycle depuis des centaines de millénaires.

Panthéon
Le panthéon du Caldéra comprend de nombreux Dieux très divers.
Souvent empruntés à des cultures voisines ou bien à de peuplades absorbées par l'Empire du Caldéra, ces Dieux se retrouvent dans d'autres religions sous des formes et noms différents, mais toujours avec les mêmes mythes et les mêmes attribues, révélant le caractère cosmopolite de la nation de l'Empire.
Ces Dieux tout puissants, régissent l'univers et la Terre. Ils représentent chacun un "royaume" (temporel ou spirituel) qu'ils administrent et protègent.
Les Dieux sont organisés dans une hiérarchie très stricte où les plus faibles sont vassalisés aux plus forts qui forment un conseil de 12 Dieux présidé par le plus puissant d'entre eux, le Dieu des dieux, Helenos.
Les membres de ce conseil sont tous issu d'Helenos, d'où leur nom d'Helenéens car il forme une dynastie.

- Helenos, Dieu des dieux, Empereur du Cosmos, Roi de la Terre par son mariage avec Totelis et Prince de la Lumière et du Temps, les deux royaumes primordiaux du Culte du Caldéra.
- Totelis, Reine de la Terre et épouse d'Helenos.
- Néréad, fille d'Helenos et de Totelis, Reine de l'Esprit et des Sentiments.
- Rusan, seconde fille d'Helenos et de Totelis, Reine de la Chair, de la Beauté et de la Fertilité.
- Zephan, époux de Néréad, Roi du Ciel.
- Dosmotil, époux de Rusan, Roi des Océans.
- Le Couple de Néréad et Zephan a trois fils : Golgoth, Prince de l'Amour, Hagamon, Prince du Courage et de la Guerre, et Balbult, Prince de l'Ennui et de l'Euphorie.
- Le Couple de Rusan et Dosmotil a trois fille : Lera, Princesse des Fleurs, Sylhell, Princesse du Chant et Bélance, Princesse de l'Horizon.

A ce Conseil divin s'ajoute d'innombrable Dieux de moindre importance possédant des royaumes divers, allant du royaume de la Métallurgie au royaume de la Gloire en passant par le royaume des Voyageurs ou celui du Pardon.

Les Dieux ont une personnalité, une histoire mythique qui les rassemble et ne sont pas immortels. Mais leur espérance de vie est très longue, ainsi d'après le culte établi, nous serions dans le 2108éme millénaire de la 7éme génération de Dieux, chaque génération vivant plusieurs centaines de millions d'années.
Plusieurs mythes, généralement oraux, racontent les aventures des Dieux, leurs batailles héroïques, leurs histoires d'amours, leurs défaites et leurs victoires, toujours avec une morale censée enseigner aux hommes comment se comporter sur la terre.
Ces histoires se transmettent de génération en génération par une caste de poètes chanteurs, elles évoluent au fil du temps, s'enrichissant des apports de l'étranger.

Création de l'humanité
De toutes ces histoires, le mythe de la création de l'humanité est la plus importante.

L'humanité n'est pas née de la volonté d'un Dieu, elle n'est qu'une conséquence de leur activité.
Après une importante guerre, la Xenomachie, qui opposa les Dieux Helenéens à des divinités inférieurs, la Terre fut entièrement détruite et la vie avec elle.
Une fois la paix revenue, Helenos s'affaira à la reconstruire. Il rassembla les décombres avec ses mains et forma une sphère qu'il plaça dans le ciel, créant la Lune. Puis il s'arracha un œil pour le poser à côté de la Lune afin d'avoir toujours un regard sur le monde, créant le Soleil. Pour pouvoir surveiller la Terre de tous ses côtés, il la fit tourner sur elle même.
L'oeil d'Helenos irradia toute la planète. Sous l'aura du Dieu des dieux, les arbres et les plantes naquirent. Puis les premiers animaux, les poissons, les oiseaux, les mammifères et les squamés.

Orobe, divinité inférieur du Panthéon fut chargé de l'inventaire de la faune et de la flore qui venaient de naître par accident.
Orobe constata que les oiseaux avaient des becs, que les lions avaient des griffes, que les loups avaient des crocs et que les serpents avaient du venin, mais que les humains était nus, sans becs, sans griffes, sans crocs et sans venin. Vouées à l'extinction, Orobe se prit d'affection pour ces petites bêtes chétives et sans en référer au Conseil divin, il donnant à l'humanité l'intelligence.

Lorsque que les Helenéens découvrit les humains à fonder des civilisations, ils décrétèrent leur destruction totale. Ils firent tomber la pluie pendant des jours, si bien que la Terre fut submergée par les mers. Mais Orobe, guidé par son amour pour les Humains, sauva un couple du déluge.
Sa traîtrise découverte, Orobe dû comparaître devant le Conseil Divin.
Il défendit les Humains avec tant d'ardeur, qu'Heleros lui même revint sur sa décision.
Le Conseil toléra les Humains, mais en contrepartie, Orobe accepta de prendre la responsabilité de leurs erreurs et d'être puni en conséquence de chacune d'entres elles.

La vie après la mort
La vie qu'offre les Helenéens après la mort d'un Homme n'est pas fameuse.
La grande majorité des morts seront condamnés à errer dans un désert de poussière pour l'éternité.
Seule une toute petite minorité, celle des Hommes illustres ayant servit les Dieux parfaitement toute leur vie, auront le bonheur d'accéder au Paradis.
Les plus mauvais des Hommes, les blasphémateurs, seront quand à eux enfermés dans le Tartare où ils seront puni jusqu'à la fin des Temps.

La fin du monde
L'Apocalypse surviendra à la mort d'Helenos lorsque le Chaos sortira du Néant pour reprendre ses droits sur l'univers. Mais l'apparition d'une nouvelle génération de dieux répétera le cycle infinie où un nouveau Cosmos renaîtra. L'Apocalypse s'est déjà produit 6 fois d'après les Anciens Cantos et la prochaine fin du monde n'est pas avant longtemps.
Mais de nos jours certains cataclysmes ou pandémies font souvent croire qu'elle est plus proche que ne le chantent les poésies mythiques.

Les Nouveaux Cantos
Dans le dernier siècle avant notre ère, une rumeur, sous la forme d'un nouveau culte, se répand dans l'Empire du Caldéra.
Orobe, divinité inférieure, aurait vaincu le Conseil Divin et prit possession de tous les royaumes. Ainsi, il serait devenu le Dieu unique, contrôlant absolument tout et voudrait en faire profiter l'humanité qu'il chérissait tant. Celui qui lui accorderait son amour en retour, se verra à sa mort non plus emporté dans le désert moribonds des anciens Dieux mais dans un Paradis de verdure où il vivra heureux pour l'éternité.
Le culte, rapidement considéré comme une secte dangereuse, fut détruit par les autorités de l'Empire et ses fidèles massacrés.

Mais une naissance, marquant l'an 0 de notre calendrier, vint redonner un second souffle à ce culte.

La Vie de Calanthe
carte:
 
Dans le plateau du Bène-Adame, Arselam (Saint-Anselme) et Beristäs (Sainte-Berthe), un couple de pasteurs Chémèshes, découvrirent une biche blanche.
Leur étonnement est double, car non seulement une biche en plein désert n'est pas habituelle, mais cette biche avait la couleur du lait, elle était si blanche que les deux bergers étaient éblouis par la lumière du soleil qui se reflétait sur l'animal.
Récupérant la Biche, ils la mirent dans leur étable où elle mit bas.
Mais s'attendant à voir sortir un faon, c'est un nourrisson humain qui apparu. Une fille à la peau pâle et aux cheveux de feu.

Arselam et Beristäs prirent l'enfant et l'élevèrent en cachant sa nature aux autres membres de leur communauté. Ils nommèrent l'enfant Sybelle.
Mais arrivée en age de parler, la fillette informera ses parents adoptifs qu'elle ne s'appelle pas Sybelle mais Calanthe et qu'elle est fille de Dieu (c'est à dire Orobe). Son père l'envoi sur Terre pour informer l'humanité de sa victoire et qu'il offre aux humains la vie éternelle dans son Paradis construit pour eux.

Calanthe passe son adolescence dans le Bène-Adame, mais son message est mal reçu par les tribus Chémèshes. Consciente de causer du tort à ses parents adoptifs qui ont toujours été bons avec elle, Calanthe décide de quitter le Bène-Adame pour rejoindre la côte du Dalilé.
A l'age de 16 ans, elle annonce son départ à ses parents, qui la couvre de cadeau.

Calanthe va remonter le Nazra pendant 2 ans jusqu'à la ville de Samadina.
Sur le chemin, elle va rencontrer Adramos (Saint-André), un handicapé bossu et boiteux, raillé par les habitants de son village qui le martyrisent.
Calanthe va se lier d'amitié et proposer à Adramos de la rejoindre dans son voyage.
Dans le fleuve du Nazra, elle va laver son nouvelle ami et soigner ses blessures. Il deviendra le premier fidèle de la nouvelle Eglise.
Durant le voyage, Adramos révélera sa profonde bonté et sa grandeur d'âme, si bien qu'arrivée à Samadina, Calanthe décidera de l'épouser. De leur mariage naîtra 7 enfants : Léon, Nérée, Lazare, Sophocle, Exupère, Alceste et Pamphile.

Dans la capitale du Dalilé, Caltanthe commencera à prêcher la bonne nouvelle.
Mais comme dans le Bène-Adame elle se confrontera à l'hostilité de la population, notamment par l'intermédiaire des légionnaires de l'Empire, bien plus présent dans le Dalilé que dans les profondeurs du Bène-Adame.
Malgré cela, Calanthe réussira à réunir plusieurs disciples avec lesquelles elle construira le premier Temple à la gloire de son père dans une petite étable.
Elle restera 4 ans à Samadina, avant que les troupes du Caldéra n'entrent en force dans le premier Temple pour le saccager et l'incendier.
Calanthe décide alors de poursuivre son chemin, accompagné de son époux, de ses premiers enfants et de sa communauté de fidèles qui grandit de jour en jour.
Loin d'être un échec, son passage à Samadina l'encourage à voir plus loin, avec une ville plus grande où elle construira un second Temple, majestueux et riche. Elle prend la direction d'Hellene, la capitale de l'Empire.

A Hellene, Calanthe fera de nombreux miracles que relatent les Nouveaux Cantos. Là bas elle ressemble de nouveaux fidèles puis bâtit un Temple en pierre dans un quartier de la ville où la communauté est la plus présente.
Dix années s'écoulent avant que les troupes de l'Empereur, affolées par l'hérésie, n'entrent dans le Temple pour emprisonner Calanthe.
Après un court procès, elle est déclarée hérétique et condamnée à la crucifixion.
Calanthe refuse de fuir et se soumet à l'autorité de l'Empire.
Quelques jours après, elle porte sa croix sur le mont Jophos et meurt crucifiée.

Adramos ira détacher son épouse de la croix et l’enterrera.
Pleurant 3 jours et 3 nuits sur la tombe de son amour, celle ci lui réapparaît ressuscitée au bout du 7éme jour. Elle lui annonce que le Paradis construit par son père pour les humains est merveilleux et qu'il doit continuer à répandre la bonne nouvelle sur la Terre. Elle lui conseille d'abandonner Hellene et de partir avec ses 7 fils pour la Borée où leurs enfants créeront 7 communautés pour répandre la bonne parole.

Les 7 fils de Calanthe partent à 7 endroits différents pour fonder les premières communautés de fidèles et répandre la bonne nouvelle.
Celle fondée à Bellum par Léon, l'aîné de Calanthe, deviendra la plus grande et la plus active, dominant les autres.
Léon deviendra le premier Augure, chef de l'Eglise naissante. Il va nommer les premiers prêtres, établir les premiers sacrements, construire le 3éme Temple et écrire la vie de sa mère, les Nouveaux Cantos.

Les premières années du nouveau culte sont très difficiles. Les impériaux persécutent les fidèles et brûlent leurs édifices religieux. Le 3éme Temple seront plusieurs fois mis à sac et incendié, obligé les Augures à le reconstruire et parfois à le changer de place.

Les Conciles
Le Culte va au fil du temps se clarifier sous l'impulsion de l'Augure qui organisera plusieurs Conciles ressemblant les grands prélats qui établiront la vérité reconnue par l'Eglise.
Toutes autres doctrines est alors reconnues comme hérésie et aussitôt détruite.

- Le Premier Concile, 91.
Met fin à la querelle de succession de Léon Ier, fils de Calanthe et premier Augure. Il est établi que le titre d'Augure n'est pas héréditaire selon la volonté même de Léon Ier. Dès lors, l'Augure sera élu par un sacré collège composé des fidèles les plus proche de Léon Ier. La place de l'Augure est en même temps renforcé par le Concile, qui le déclare officiellement au dessus des chefs des 6 autres communautés.

- Le Deuxième Concile, 113.
L'Eglise régularise le calendrier des fêtes sacrés et crée l'année 0, puis met en place les sacrements que tous fidèles doivent respecter.
L'Eglise abandonne officiellement le nom d'Orobe pour désigner Dieu. Etant donné qu'il a vaincu toutes les divinités et conquis tous les royaumes, il est devenu le Dieu unique alors un nom n'est plus nécessaire pour le distinguer, seul le mot "Dieu" suffit.

- Concile de Bellum, 201.
Le gouverneur de Borée, après s'être lui même converti, déclare le Calanthéisme religion officielle de sa cour.
La décision crée un shisme entre la Borée et la Capitale de l'Empire. Après une longue guerre, la Borée obtient son indépendance. L'Empire du Caldéra est dès lors divisé en deux, l'Empire d'Austrée fidèle aux Anciens Cantos, et l'Empire de Borée fidèle aux Nouveaux.
Le gouverneur est couronné Empereur par l'Augure, selon la volonté divine.

- Concile de Drodon, 212.
L'Eglise déclare la magie prohibée et l'arrestation de toutes personnes pratiquant la sorcellerie.
Les mages sont considérés comme les agents des dieux déchus.
Dans un même temps, l'Eglise met fin à la querelle de la chevelure qui enflammait ses membres. l'Augure déclare que Calanthe était rousse et non blonde, et fera brûler toutes images représentant la fille du Dieu avec des cheveux blonds.

- Concile de Lurgos, 319.
L'Eglise reconnaît l'existence de Pandore, 8éme enfant de Calanthe issu du viole de ses geôliers avant sa crucifixion (ou bien lors d'un hypothétique emprisonnement à Samadina).
Aucun des Cantos Sacrés ne mentionnent cette enfant ni même une agression sexuelle sur la fille de Dieu, mais Pandore est mentionnée dans plusieurs textes écris au court du IIéme siècle.
Pandore du fait de sa naissance est l'incarnation du mal absolu. Tout le contraire de ses frères, elle concentre tous les défauts du monde.
Pandore est à l'origine des maux dans le monde, des catastrophes, des maladies.
Elle finit par prendre des traits monstrueux et devenir l'incarnation du Diable.

- Concile de Càla, 402.
L'Eglise tranche dans le conflit concernant la nature de Calanthe pour déterminer si elle est humaine  ou divine. Désormais, Calanthe sera comprit comme un personnage double ayant une part humaine, sous le nom de Sybelle, et une part divine, sous le nom de Calanthe.
La Sybelle/Calanthe réunifie l'Eglise.

- Concile de Bastion.
L'Augure se prononce sur la nature du Palladium. On refuse au Magnus Pallas le titre d'Empereur de Borée mais on le reconnaît comme son héritier (autrement le Palladium aurait pu revendiquer la Valentine et mettre à mal l'indépendance de l'Augure).

Fêtes et Sacrements
Fêtes

- Naissance : Le 25 décembre.
La naissance de Calanthe marque le début d'une période de fastes et de fêtes, notamment car c'est l'époque de la fin du travail au champ, les plantes étant déjà semées. Le 25 au soir est organisé dans chaque église une veillée, avec des chants d'enfants et des prières. Du 25 au 31 arrivent des kermesses, des banquets et des tournois. C'est une période de pardon et d'union, où les familles se retrouvent. Il est considéré comme sacrilège de chasser, d'abattre un animal ou de se battre lors de cette semaine. Les usuriers ne réclament plus de remboursement et il est conseillé de donner de son temps aux pauvres gens.
- Baptême de Saint-André : Le 13 janvier.
Le baptême de Saint-André dans la Nazra est considéré à la fois comme un miracle de Dieu et comme un signe de soumission. Lors de la journée du 13 mars, les hommes de foi organisent souvent des extrême-onctions, où les lépreux et les indigents sont submergés dans le lac. Un pèlerinage est également donné dans la Nazra, et il est dit que les gens qui sont baignés dedans à cette date peuvent miraculeusement guérir.
- Mariage de Calanthe et Saint-André : Le 15 octobre.
Cette journée est censée célébrer à la fois l'amour chaste et les vœux de fertilité. Souvent, ce jour coïncide dans les villes à l'organisation de tournois, où les chevaliers tentent de recevoir l'aide de Dieu pour impressionner leur dame et demander sa main à son père. Un couple marié, qui désespère d'avoir des enfants, peu également être béni par le prêtre lors d'une courte cérémonie.
- Crucifixion et résurrection : Du 21 au 29 mars.
Une fête très importante. Le 21 mars désigne la crucifixion de Calanthe. Dans toutes les églises arrive une procession, souvent en affichant des reliques de héros morts pour la Foi (Saints et saintes, croisés...). Le peuple est convié à faire une marche, tout comme Calanthe a marché, pieds nus et en priant.
Pendant 7 jours complets survient un moment de recueillement. C'est une période de jeûne où les repas doivent être frugaux, l’abstinence pratiquée. Il est conseillé de s'éloigner des biens matériels, de beaucoup prier, et même de faire vœux de silence. Enfin, le 29 à minuit, les cloches des églises sonnent pendant une heure entière. Les gens sont appelés dans leur lieu de culte pour chanter et prier la résurrection de Calanthe. C'est le moment de la Rédemption : Il faut avouer toutes ses fautes commises directement à ceux qu'on a offensé, sincèrement demander pardon, et pardonner aux autres.

En plus de ces 4 fêtes importantes, il existe des fêtes pour chaque saint qui s'est battu pour l’Église. Certaines sont très connues, comme la fête de Saint-Léon au 10 juin qui commémore sa fondation de Bellum et son accord de devenir l'Augure. D'autres sont plus locales, et permettent d'unir les gens dans une journée de prières et de petites fêtes.

Sacrements
On compte 7 sacrements, réuni en 3 catégories.

Les sacrements d'initiation :
-Baptême : Le sacrement le plus important, qui permet à celui qui le reçoit d'être considéré comme enfant de Dieu et accéder au paradis. Tout le monde peut être baptisé, même les adultes, qui jurent de répudier toute autre religion devant des témoins. Lors du baptême, le prêtre récite une liturgie, puis demande au baptisé s'il renie le Diable et ses tentations, s'il se soumet à Dieu et à son jugement et jure d'obéir à ses lois. Si le baptisé est un nouveau-né, alors c'est un parrain ou une marraine qui jure à sa place. Ensuite, le baptisé reçoit une effusion (On lui verse de l'eau bénite sur la tête), et ainsi renaît la personne.
-Confirmation : Un sacrement rendu aux adolescents, cette fois-ci par un évêque. Le but est de commémorer les 7 enfants de Calanthe qui ont été ordonnés par elle de répandre la bonne parole. Le confirmé doit s'agenouiller, jurer de défendre la Foi jusqu'à la mort, puis reçoit l'huile sainte. Il devient alors serviteur de Dieu.
La confirmation est absolument nécessaire pour devenir écuyer, puis chevalier. Beaucoup de paysans, qui ne peuvent aller jusqu'à une cathédrale pour voir un évêque (Qui sont d'ailleurs très occupés), ne reçoivent pas la confirmation. Depuis Lucien le Pieux, néanmoins, les évêques ont l'obligation, deux fois par an, de déléguer des prêtres pour être autorisés à appliquer l'huile sainte sur les petites gens.
-Eucharistie : Tous les dimanches est un jour de messe. On y fait des chants et le prêtre donne un sermon. À la fin de la messe, commence l'eucharistie, ou la communion : On donne aux fidèles l'hostie, le corps de Calanthe, et une gorgée de vin, son sang. On fait ainsi acte d'union avec elle, tout comme ses enfants « physiques » lui étaient liés.

Les sacrements de guérison :
- Réconciliation : Lorsqu'un fidèle a commis une faute, il doit se repentir. Lorsqu'il regrette sincèrement ses fautes et jure de ne plus jamais les commettre, il se rend, à la fin de la messe, dans le confessionnal. Là, il doit déclarer honnêtement tout ce qu'il a fait de mal, et demander pardon à Dieu.
Ceux qui pensent que seul Dieu peut pardonner pensent que ce sacrement a été détourné. En effet, pour obtenir le repentir, c'est le prêtre qui déclare la punition : Il peut s'agir de prier, de faire vœux de silence, de se flageller, ou bien tout simplement de donner de l'argent à l’Église.
- Onction des malades : L'onction des malades consiste à demander à Dieu d'être guérit. Le prêtre se rend auprès des mourants, prie, puis applique une huile-sainte. L'extrême-onction, elle, est donnée aux mourants, pour les aider à accéder au paradis.
Certains hommes d'Église pensent qu'il est possible de donner l'extrême-onction aux cadavres, mais cette idée est considérée comme hérétique, car le corps n'est qu'une enveloppe corporelle de l'âme. Les superstitieux croient également qu'un homme qui n'a pas reçu l'onction ne peut aller au paradis, et son corps resterait alors sous forme de fantôme parmi eux, mais cette idée est aussi combattue.

Les sacrements du service :
- Mariage : Tout être humain, à l'exception des hommes de foi qui se dédient à Dieu, doivent se marier. Il est très mal vu de vivre une vie débauchée ou de rester célibataire.
Le mariage doit obligatoirement être une affaire d'amour pur. En théorie, le mariage simplement par but financier ou politique est strictement interdit, mais cela n'a pas d'effet dans la pratique. Lorsqu'un couple désire se marier, il faut normalement le faire avec le consentement d'une autorité (Les parents ou le seigneur), mais c'est le prêtre qui est censé avoir le dernier mot. Il est interdit de se marier entre personnes du même sexe. Il est aussi normalement interdit de se marier entre cousins, sauf si on obtient une autorisation, souvent en faisant don d'argent.
Le mariage a lieu devant le prêtre, et devant témoins. Les époux se jurent fidélité et assurance mutuelle. La famille de la fille se doit de verser une dot pour assurer leur vie mutuelle, mais en échange, le mari doit également fournir un douaire, des meubles et de l'argent pour que la femme puisse continuer de subsister au cas où elle deviendrait veuve.
Le mariage peut être annulé s'il n'a pas été consommé, ou s'il y a eut des manquements ou des fautes (Exemple : Avoir menti sur sa nature). Un évêque peut prononcer un divorce pour faute, par exemple si l'un des époux rapporte la preuve réelle d'un adultère.
- Ordination : Ce sacrement permet aux hommes de servir l’Église. Elle consiste, après avoir étudié et servir la paroisse, à prêter serment devant un évêque qui ordonne. Le nouvel ordonné doit faire vœux de chasteté et de pauvreté, de constamment servir le peuple et Dieu. Les chevaliers des ordres religieux sont également ordonnés, si ce n'est qu'ils ont eut l'autorisation de tuer si c'est pour le seigneur.
Les femmes peuvent recevoir ce sacrement et servir l’Église.

Lieux Saints
- Le Premier Temple
- Le Second Temple
- Le Palais de l'Augure (ou 3éme Temple), siège de la 1ére Communauté. Le siège des 6 autres communautés fondées par les fils de Calanthe sont aussi considérés comme sacré, mais de moindre importance.
- Tous les Temples de moindre importance consacrés à Orobe construit avant Calanthe.
- Tombeau de Calanthe
- Le Fleuve de Nazra est considéré comme sacré.

Organisation du Clergé

L'Augure : Il est le chef de l'Eglise et de tous ses fidèles, élu par le Collège Sacré. Il est la personne la plus sacrée, en contact direct avec Dieu.
Le collège sacré et les Cardinaux : Le Collège Sacré élit le nouvel Augure parmi les Cardinaux. Ces derniers sont nommés par l'Augure et forment le Collège Sacré.
Les légats : Représentants de l'Augure qu'il charge de missions à travers le monde. Ils sont ses yeux et ses oreilles et disposent de son autorité.
Les Archevêques : Ils contrôlent une Province Ecclésiastique.
Les Evêques : Ils contrôlent un diocèse (ou évêché).
Les prêtres : Ils contrôlent une paroisse ou église. Ils sont les plus proches des fidèles et vont le lien entre eux, le Haut-Clergé et Dieu.



Revenir en haut Aller en bas
Religion : Les Cantos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 03. "Losing my religion" # Ash
» Religion dans le SDA
» La religion / les divinités dans la Légende.
» Religion
» ❧ LA RELIGION EN ANGLETERRE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Blasons de la Gloire :: Univers :: ­ :: ­­Administration :: Gestion :: Archives-