FAQGroupesAccueilMembresConnexionS'enregistrerCalendrierRechercher

Partagez|
avatar
Messages : 30
Date d'inscription : 24/04/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Maison d'Anghian Dim 28 Juin - 18:48
Maison d'Anghian






Fondateur : Gared D'Anghian, noble de la Bordure.
Fondation : 1er siècle
Chef de famille actuel : Gregor II D'Anghian
Armoirie : La croix jaune sur fond bleu, synonyme d'honneur de fidélité surmonté d'un château, représentant Robertie, le foyer de tout les habitants de la Bordure.
Devise : " Du sang et de l'acier, surgit la vérité "




Histoire





1) Au commencement : Naissance d'une maison



  • L'histoire de la famille  remonte  dans les premières lueurs des années 100 mais commence à prendre de l'ampleur dans les dernières heures des années 300, elle n'était alors pas celle que nous connaissons aujourd'hui. A cette époque elle vivait encore sous la bannière de cerf à deux têtes emblème de la famille depuis sa création jusqu'à son ascension au pouvoir du duché. Gared d'Anghian, chef de la maison d'Anghian et comte de ??? était un fidèle vassal du Duc Robert II, l'accompagnant à de nombreuses reprises sur le champs de bataille, n'hésitant jamais à laisser sa vie entre ses mains. La famille d'Anghian est connu pour ses activités liés à la terre : vignes et bois en particulier... 


  • Le duché de la Bordure aura été durant de nombreuses années un lieu de paix, qui n'avait que rarement connu des troubles sous le règne de Robert II qui s'était toujours battu pour la justice dans son Duché. Néanmoins, le pouvoir attise la convoitise. Après plusieurs siècles de prospérité la guerre s'empara de la Bordure semant mort et désolation. Certaines personnes qui n'étaient plus enclin à suivre les ordres de leur Duc ( Robert II d'Estanbot ), une armée de nombreuses maisons et des habitants de la Bordure payés pour combatte leur Duc. La loyauté de la Famille d'Anghian ne faiblit jamais, et son armée se joignit aux forces loyalistes, la "Première Révolte de la Bordure" venait de commencer. Après plusieurs années de combat les rebelles furent écraser, jamais Robertie n'aura été en danger. Les vainqueur renforcèrent leur place, les autres s'éteignirent alors dans le déshonneur.La maison d'Anghian renforça alors ses positions en Bordure. Gared d'Anghian renforça alors son influence sur les seigneurs et nobles locaux. Robert II venait de gagner une guerre mais il ne savait pas qu'aujourd'hui, il venait d'enclencher la première étape d'une seconde guerre qu'il ne gagnerait pas. Le calme était revenu après plus de 4 ans d'intense combat, qui, avaient une bonne partie des récoltes et des champs. Il fallait maintenant reconstruire une économie et faire en sorte que la Bordure ne s'effondre pas.

2) Prise de Pouvoir : L'honneur plus fort que l'amitié

Citation :
"D'après les récits, jamais personne n'avait vu une telle violence, les armées rebelles avaient pénétrés la cité ne laissant aucune chance aux défenseurs de la ville. Robertie que l'ont pensait imprenable était tombé sous les catapultes. L'avant des troupes n'avait qu'une idée : trouver et éliminer Robert II au nom de la Couronne."



Deuxième Révolte de la Bordure ( 322 - 325 )


( Archers à cheval de la maison Vertbois, alliée de la maison d'Anghian ) 



  • Suite à la mise en accusation du Duc, le 31 mai 322, éclate alors une série d'insurrections sur toute la bordure, les rebelles et les loyalistes commencent le combat dans les campagnes environnantes. Le 25 juin, une armée rebelle venait de voir le jour, forte de 20000 hommes, son seul but était de marcher sur Robertie alors qu'une autre devait prendre et bloquer À l'annonce de la levé des insurgés et des représailles qui y ont eu lieu, la marine du Duc Robert II se mit alors en route et sous ses ordres fît débarquer 700 hommes supplémentaires pour défendre Port-Robert. Le 28 août, les troupes débarquent à Port-Robert et défendent la zone avec vaillance. La Bataille de de Port-Robert commence alors et durera 2 ans et demie. Les troupes rebelles étaient dirigés par le chef de la maison Vertbois, Arthur Vertbois, qui pour l'occasion, avait fait venir sa garde d'élite composée d'archers à cheval. Quant au reste de l'armée composé de quelques 2000 fantassins et prés de 800 cavalier continua sa route vers Robertie. Le reste de l'armée était commandé par Solem d'Anghian fils de Gared d'Anghian - trop vieux pour prendre les armes - , en effet la famille d'Anghian était à la tête de cette révolution. L'amitié avait totalement disparu, le Duc Robert, celui qui, il y a des années de ça était le fier représentant de la justice, était tombé dans le vice (Orgueil, envie, colère, acédie, avarice et luxure.) Après de nombreuses victoires, les conflits commencèrent de plus en plus à stagner, les fronts se figeaient et le moindre mètre devint alors vitale pour chaque camps. Les combats étaient toujours autant féroces et les morts augmentaient chaque jours qui passaient. Les semaines passèrent, puis les mois et enfin les années. Néanmoins, les rebelles qui au fil du temps commençaient à perdre espoir furent récompenser par la chute de Port-Robert

A) Une victoire qui se rapproche



  • Avec la chute de Port-Robert, les rebelles commençaient à se rapprocher de leur but. Port-Robert avait été prit et le groupe mené par les Vertbois tenait le littoral. Solem d'Anghian devait maintenant percer les lignes ennemies pour faire passer le gros des troupes. Durant le mois de Novembre 324, Solem d'Anghian convoqua un conseil de guerre, la raison ? Tenter le tout pour le tout. Le reste des chefs de maison n'était pas forcément enclin à une telle chose. C'était décide, l'armée se mettrait en route dans trois jours, à l'aube. Les forces royalistes lui opposerait alors Guillaume II D'Estanbot, fils du Duc dans la bataille qui scellerait le sort d'un des deux camps.

Citation :
"Vous ne devez que me suivre, je mènerai les hommes de ma maison et ses vassaux à l'avant-garde. Nous ouvrirons une brèche, nous voulons juste être couvert, faîtes en sorte de protéger nos arrières. Vous avez fait une promesse, tous, n'oubliez pas."

27 Novembre 324

  • Les troupes commençaient à se mettre en place. L'attaque n'était qu'une question de temps. Les soldats se déplaçaient avec discrétion dans la campagne environnante. Les soldats de la maison d'Anghian étaient en tête, Solem sur son cheval était en tête du convoi suivant les petits chemins d'Agonie. La marche serait longue et beaucoup ne reviendrait pas. L'armée après quelques heures de marche se retrouva dans les plaines de Terdyl plus tard renommées "Plaines de la Victoire" . Dans ce qui allait devenir la « chevauchée victorieuse » , les cavaliers qui se lancent des lignes rebelles à 4 heures profitent de l'état du terrain ainsi que de la fumée pour dissimuler leur progressions aux observateurs ennemies. Apparaissant alors à moins de 600 mètres des lignes loyalistes, la cavalerie de la maison d'Anghian fonce sur les troupes ennemies et perce à deux reprises les lignes, y causant un vent de panique dispersant les soldats de Guillaume II créant ainsi deux brèches très vitre supportée par le reste des troupes rebelles le flanc droit commence à devenir un espace béant chez les défenseurs, qui tant bien que mal essayent de se regrouper au centre pour bloquer l'avancer des troupes. La cavalerie rebelle se retrouve alors encerclée durant de longue minutes après que les troupes du fils du Duc se soient réorganisé. Néanmoins l'arrière garde vient porter secours à la cavalerie et aprés de nombreuses minutes arrivent à dégager une voie pour la cavalerie qui retourne derrière ses lignes, pour guider une groupe sur le flanc gauche de l'armée ennemie. Dans cette configuration la bataille fît rage pendant de longue minutes. Dans ce cadre, les rebelles gardent l'avantage et gagnent du terrain. Comprenant qu'ils sont désormais sur le point d'être battus, les troupes d'élites de Guillaume II lancent une dernière offensive sur leur flanc gauche, pour éviter l'encerclement. Piégés par le relief et par la présence de renforts  insoupçonnables derrière la crête ( Solem d'Anghian avait demander à la maison Vertbois de lui envoyer plusieurs dizaines d'archers en renfort) , leurs troupes sont décimées et battent finalement en retraite désordonnée avec l'arrière complètement à la merci de leur poursuivant. Guillaume II est tué durant l'assaut.




  • Plusieurs heures après le bataille, aux alentours de midi, il était l'heure de faire les comptes. Bien que l'armée ennemies fût anéantie, les armées rebelles avaient eux aussi leur lot de morts. Prés de mille pour cette bataille. Les soldats était en train de récupérer de leur blessure, pendant que les commandants s'étaient déjà penchés sur leur futur mission. A l'heure d'aujourd'hui, il n'y avait qu'une solution et chacun - cette fois - était d'accord et ne la voyait que comme l'ultime solution : Faire le siège de Robertie.


B) Chute du Duc 


( Siège de Robertie )


  • Les armées avaient chevauchées vers Robertie remportant encore plusieurs victoires contre de petites garnisons du Duc qui ne résistérent jamais très longtemps durant le début de l'année 325. Vers la fin du mois de mai, l'ensemble des troupes arriva à Robertie pour débuter le siège. Comme on pouvait s'en douter, Robertie fort n'était pas facile à prendre par la force. Les rebelles savaient que même petit nombre de défenseurs pouvaient résister à beaucoup d'assaillants pendant longtemps. C'est pourquoi  le siège allait être long, les assaillant avaient fait couper les voies de ravitaillement, il n'y avait plus qu'à attendre l'épuisement des ressources en eau et en nourriture de Robertie pour que le Duc se rende. Par chance le Duc n'avait pas eut  le temps de se préparer à subir un siège, toutes les ressources des environs n'avaient pu être récupérées et stockées à l'intérieur. Cette situation n'allait pas être facile à vivre pour les deux camps sans compter les risques de maladie et de démoralisation. Pour accélérer la prise de la place forte, il fallait donc passer à l'attaque proprement dite du château, en effet le siège durait déjà depuis de longues semaines et Robertie de cédait pas, malgré les assauts des forces rebelles. Il fallait trouver un moyen d'entrer coûte que coûte, et cette solution arriva trois mois plus tard. Le 17 juillet, arriva alors une vingtaine de béliers, fait spécialement pour l'occasion. Ces béliers était constitué d'une grosse poutre de bois terminée par une tête de métal ( ressemblant à un bec d'oiseau ). Il était suspendu à une armature en bois et en fer afin de lui donner un mouvement pendulaire pour frapper le mur avec plus de force. Les soldats ne se firent pas prier. Robertie il est vrai était quasimant imprenable et les murs étaient bien trop épais pour tomber sous les coups de ces béliers néanmoins pour des gens habitués de Robertie il y avait quelque chose d'important à savoir. Les souterrains du côté-est, en effet les murs étaient plus fragiles à cette endroit, plus fins, les nobles de la Bordure le savait, se serait leur atout principal. Après avoir essuyé de nombreuses pertes, les assaillants après avoir utilisé la ruse, réussirent à placer leurs machines de guerre comme ils le voulaient.


  • D'après les récits, jamais personne n'avait vu une telle violence, les armées rebelles avaient pénétrés la cité ne laissant aucune chance aux défenseurs de la ville. Robertie que l'ont pensait imprenable était tombé sous les catapultes. L'avant des troupes n'avait qu'une idée : trouver et éliminer Robert II au nom de la Couronne. Les murs avaient cédés, un pan des fortifications s'était effondré. Les premiers soldats étaient rentrés tuant tout soldats sur leur chemin - les civils devaient être ignorés. - Solem était là arme à la main, accompagné du groupe d'archers Vertbois ( depuis la bataille des plaines ), il leur ordonna de le suivre jusqu'au grand hall pour réclamer justice envers le Duc. Après plusieurs heures les combats stoppèrent, la majorité des défenseurs s'étant rendus.

Citation :
Le Duc fût trouvé par les soldats Vertbois, conduit devant le château, il ne reçu aucun procès, il fût enfermer dans ses quartiers jusqu'au lendemain et fût exécuté par décapitation. Ses descendant furent interdits de droits de succession et Solem d'Anghian après délibération devint le nouveau Duc ( Gared fût désigné à sa place en premier lieu, mais déclina l'offre, son fils fût alors choisi. ) La Maison d'Anghian règne alors sur le duché de la bordure depuis ce temps.


3) Aujourd'hui 


vive la bordure etc ...
[A compléter]





Arbre généalogique



Domaine

Fiefs : Château d'AigueSainte, Robertie.
Titres cumulés : Duc de la Bordure et protecteur de l'Ouest

Relations

Allégeance : Couronne d'Agonie ( Amelin ) 
Vassaux : [A compléter]
Alliance : [A compléter]



Personnages importants

Gregor II d'Anghian, Duc de la Bordure



.
.
.
.
.
.
.


Celia d'Anghian, Duchesse de la Bordure


.
.
.
.
.
.
.
.
.

Rodrik d'Anghian


.
.
.
.
.
.
.
.
.

Oriane d'Anghian


.
.
.
.
.
.
.
.
.

Robin d'Anghian


.
.
.
.
.
.
.

.

Alanna d'Anghian


.
.
.
.
.
.
.
.
.

Malcolm Degore


.
.
.
.
.
.
.
.
.
Revenir en haut Aller en bas
Maison d'Anghian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Maison de Nara
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» Maison de retraite
» Cherchons une bonne "maison" pour un bouc nain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Blasons de la Gloire :: Univers :: ­ :: ­­Administration :: Gestion :: Archives-