FAQGroupesAccueilMembresConnexionS'enregistrerCalendrierRechercher

Partagez|
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 26/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Géographie de la Gallance Ven 20 Nov - 15:35
Géographie de la Gallance

Géographie physique

La Gallance possède un paysage relativement homogène, où seul une différence de quelques degrés entre le haut Nord et le Sud côtier modifie le panorama.

Traditionnellement, le Mont du Calvaire, au centre du pays, marque la frontière naturelle entre le Nord et le Sud, à la fois géographique mais aussi culturelle (entre les Gallancs et les Frissons) et politique (les Seigneurs du Nord sont plus autonomes que ceux du Sud).
Ce sont de hautes montagnes, aux piques très pointues, qui renferment des mines de fer. Le nom provient d'un Saint d'origine païenne qui y serait mort en martyr.

Le Sud
Du Nid de Lune se forment les deux principaux fleuves de Gallance qui parcourent le Sud du royaume.
L'Eltuse coupe le territoire en deux parties et se jette dans la Mer d'Hérance en formant un petit delta à son embouchure où s'est construit la Capitale du pays. C'est un fleuve calme, où la navigation d'embarcations à fond plat est possible tout le long, ce qui favorisa le développement de la civilisation sur les rives de ce cours d'eau.
L'Irême est un fleuve beaucoup moins large, qui se jette dans le golfe du Natale. Il est plus capricieux que son homologue, avec par endroit des rapides pouvant tuer les moins prudents des voyageurs.
Trois forêts habillent le Sud de la Gallance, la forêt d'Arbrescourts, la forêt d'Oultremarais et la forêt de Tombebrune.
La première est une forêt maîtrisée par l'homme depuis longtemps, exploitée et parcourue sans crainte. Les monstres n'y vivent plus depuis longtemps et seul le gibier y vit encore. C'est traditionnellement la forêt où le Roi de Gallance part à la chasse.
La forêt d'Oultremarais, située au dessus des marécages d'Epauline, est plus sauvage et accueille plusieurs groupes de bandits qui ont fait des bois leur territoire.
La forêt de Tombebrune est spéciale dans l'imagerie de la population. C'est une forêt sombre, brumeuse et très mystérieuse. Très peu visitée, on raconte que des monstres y vivent encore.

Politiquement et culturellement, la Gallance se divise traditionnellement en deux grands ensembles géographiques, le Nord, peuplé par les Frissons soumis, et le Sud de peuplement Gallancs.

Le Nord
Le Nord est plus vaste, mais beaucoup plus sauvage et moins peuplé que le Sud.
Là où le Sud est le centre politique et économique du royaume, le Nord paraît moins développé.
Des grandes plaines entourent la forêt du Calvaire, au pied du Mont du même nom, les Plaines d'Hildevent, balayé par des vents océanique violents, d'où son nom, et les Plaines Centrales.
Ces plaines sont fertiles, mais peu exploité par manque d'homme et de moyen. De plus, la température beaucoup moins clémente que dans le sud, et les pluies torrentielles qui s'abattent parfois sur le pays, rendent difficile l'exploitation des terres.
La Grande Forêt des Frissons, tout au Nord du Royaume, est très sauvage et dangereuse, notamment par la présence de tribus formées par des fuyards, des renégats frissons, hostile aux Gallancs et à la royauté.
A l'opposé, la Forêt du Fidèle et ses montagnes son le centre politique du Nord, où l'on retrouve les principales villes.

Géographie humaine
La Gallance est encore aujourd'hui très marquée par l'histoire de sa formation. Celle ci se divise en trois : l'arrivée des Gallancs au Véme siècle en Basse-Borée, qui s'installent dans l'ancien territoire tenu par le général caldéranien Syagraan, l'annexion de la Lucie en 502 par Lucrin, puis les grandes conquêtes du Nord par Godfred le Grand au cour du VIIéme siècle.

L'Estrie est le berceau des premiers Gallancs immigrés. La région est très marquée par la culture gallanque.
L'Ouestrie, ou la Lucie, est marquée par la culture raffinée des Lucéens et par l'héritage très prononcé de l'Empire de Borée qui y avait construit ses places fortes, comme Rosalum (aujourd'hui Roseval).

Le Nord, territoire des Frissons, un peuple ennemi des Gallancs écrasé et conquit par Godfred le Grand, est très différent du Sud.
Il y fait froid, les hivers sont rudes et la pluie ne cesse de tomber toute l'année, les maladies et la pauvreté y règnent malgré les actions des seigneurs.
La touche gallanque sur les principales villes est visibles, mais les cités gardent encore aujourd'hui leur architecture d'origine frissone, notamment dans les rues étroites et anarchiques qui transforment les villes en labyrinthe.

A l'opposé, il fait mieux vivre au Sud, avec un climat plus clément, surtout à la pointe de la Lucie. La civilisation y est installée depuis longtemps et ont y retrouve les principales grandes villes du pays.
La population s'y organisent autour de 2 axes, les côtes de la mer d'Hérance, et les deux fleuves Eltuse et Irême.
Le Mont du Calvaire marque une frontière naturelle entre le Sud civilisé et le Nord barbare.
La civilisation s'est principalement constituée sur les rives de l'Eltuse, partant du pied du Mont du Calvaire, dont les mines sont exploités depuis le VIIIéme siècle, jusqu'à Vérastre, la capitale du royaume.

Verastre


Quartiers
Verastre est la capitale historique de la Gallance.
Capitale officielle à partir du début du VIIIéme siècle lors du règne du Maire du Palais Gui de l'Espée, la ville remplissait déjà officieusement cette fonction depuis plusieurs décennies.

Certains considèrent que Verastre n'est pas une ville mais deux avec leurs caractères et leur ambiance propre.
Le Vieux Verastre est la partie ancienne de la ville, fondée par l'Empire du Caldéra à la fin du dernier siècle, qui fait face au Palais des Rois.

Au IXéme siècle, le Roi Godefroi Ier, dérangé par les odeurs pestilentielles qui embaumé les rues, fit paver les rues et promulgua un arrêté pour interdire les bêtes et les jets d'immondices sur la voie publique.
Aujourd'hui, les voies du Vieux Verastre sont propres. La salubrité des lieux en fit un quartier privilégié par les bourgeois, transformant cette partie de la ville en quartier riche.
En 963, devant l'insécurité régnante de la cité, les bourgeois se liguent et demandent au Prévôt la création d'une garde citadine patrouillant dans les rues, ce qu'ils obtiennent. Depuis, des soldats armés parcourent les rues nuits et jours, faisant du Vieux Verastre un quartier relativement sûr.
En 1003, encore les bourgeois obtiennent du Prévôt la mise en place d'une barrière de contrôle sur les ponts menant au Haut Verastre. Mais ces barrières ne sont effectives que lors de fêtes et manifestations dans le Vieux Verastre, pour éviter que toute la racaille de la ville haute ne vienne.
Ces fêtes se déroulent généralement devant la grande place faisant face à la majestueuse basilique consacré à Lucien le Pieux.

Par le pont du Roi, le Vieux Verastre rejoint le Haut Verastre, la partie plus récente de la cité mais aussi la plus énergique, notamment avec le Port et l'Université.
Ici on ne dort jamais, il y a constamment du mouvement, du bruit. Le jour on travaille, la nuit on fait la fête.
Le Haut Verastre a mauvaise réputation, on le dit violent, dangereux, habité par des malandrins, des fous. Mais les habitants du Haut Verastre sont aussi très uni, très solidaire, et devant leur malheur le Prévot a parfois du mal à les calmer, transformant rapidement une petite contestation en mouvement de révolte.
Le Haut Verastre est coloré, chantant, mais aussi violent et instable. C'est une poudrière que la moindre étincelle peut enflammée.

Défense
Verastre est peut être la ville la mieux défendu du monde.
La ville proche est protégée par l'enceinte des l'Espée, une muraille vieillissante de 3m de haut construite au VIIIéme siècle pour contrer un potentiel assaut des Severns sur la capitale. Les remparts sont bien entretenues mais n'ont jamais été remit au goût du jour si bien que technologiquement elles sont complètement dépassées. Elles parviennent toujours à remplir leur fonction première, à savoir empêcher les envahisseurs d'entrer dans la ville.
A l'opposé, l'enceinte des Gambitiens, construite beaucoup plus récemment, est une immense muraille de plusieurs mètres de hauts entourant la ville et sa campagne sur des kilomètres.
Les remparts sont gardées nuits et jours par la garde royale, prévenant tout envahisseur.
L'immense mur se prolonge même sur la baie avec la lime d'eau qui surveille toutes les entrées et sorties des navires.
La muraille n'est franchissable que par quatre énormes portes bien gardées par des garnisons de soldats, qui font payer l'octroi aux marchands venus par la terre, surveillent les voyageurs et les marchandises.

Le Fort Vastan, autrefois petit fort de bois devenu une gigantesque forteresse de pierre, garde l'embouchure de l'Eltuse et surveille tous les navires qui arrivent en ville. Surplombant la cité sur une colline, le Fort est le symbole de la défense de Verastre.
En plus de sa fonction défensive, le Fort est aussi une caserne où s’entraînent les soldats et où les nouvelles recrus de l'armée permanente du royaume sont formées. La renommée de l'académie militaire est mondiale.
De l'autre côté de la rive, Fort Vastan est secondé par un autre fort beaucoup plus petit, Fort Royal, dont la fonction première est de protéger le Palais des Rois d'attaques maritimes.

Autres bourgs
La ville même est entourée par plusieurs bourgs dans l'enceinte des Gambitiens, qui répondent à l'autorité du Prévôt de Verastre par l'intermédiaire de Bourgmestres nommés par ses soins.
Basseville est historiquement une ville de pêcheurs et de marin locaux, qui avant l'avènement du commerce avait le monopole sur le poisson. Aujourd'hui, la petite cité est une ville très pauvre, presque à l'abandon qui en fait le terrain privilégié des contrebandiers et autres vilains. Elle s'est construite autour de la statue du héros local, Renaud de Basseville, frère d'arme du Roi Godfred le Grand.
Saint-Léon est notamment connue pour le Temple de l'ordre Tötérique qui s'y trouve, un imposant édifice richement décoré, faisant concurrence au Palais des Rois.
Gardemance fait face à la Porte de Charlerie. C'est une ville assez active, bénéficiant du passage des voyageurs qui partent ou arrivent vers le Nord du royaume et qui souhaitent se reposer avant d'entrer dans la capitale.

Édifices
- Palais des Rois : Le Palais est une véritable ville dans la ville. Dans son enceinte se trouve le château des Rois de Gallance, mais aussi un village fait des luxueuses maisons qui accueillent la cour royale.
- La Cathédrale
- L'Université : Quartier des étudiants
- La basilique de Lucien le Pieux
- Le Temple de l'ordre Töterique

Autres villes d'importance


Port-Orient
description:
 
Pontlyrie
description:
 
Roseval

description:
 
Le Bosquet
description:
 
Charlerie
description:
 
Robertrie

description:
 
Escale

description:
 

Revenir en haut Aller en bas
Géographie de la Gallance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Histoire et Géographie] Frontières, Rois etc
» Géographie 01. Les grandes régions du monde !
» IV. Géographie
» GÉOGRAPHIE II ▲ Les Fiefs des Sept Couronnes
» Fiche sur les royaumes de Beleriand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Blasons de la Gloire :: Univers :: ­ :: Encyclopédie :: Royaumes :: Gallance-