FAQGroupesAccueilMembresConnexionS'enregistrerCalendrierRechercher

Partagez|
avatar
Messages : 191
Date d'inscription : 26/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Les Boréens Mar 17 Nov - 18:33


Civilisation Boréenne

Ce qu'on regroupe sous le terme "boréen" sont les peuples héritiers de l'Empire de Borée, tombé en 414. Ils partagent une religion, des moeurs et des langues semblables, influencés par la culture antique de l'ancien Empire.
On distingue les Calaves, Albasques, Estanguais et Valentins à l'Ouest, anciens peuples soumis à l'Empire, et les Lomhells, Lucéens, l'Oultreterre et Gallancs à l'Est, des peuplades barbares, anciennement [url=*]Longuejarre[/url], qui ont adopté le style de vie impérial.

Mœurs
L'importance de la religion dans la vie des Boréens est considérable et l'Eglise a au fil du temps façonné les mœurs des fidèles en leur imposant un style de vie pour en faire de parfaits croyants.  

Famille
Le mariage est monogame et doit être reconnu par l'Eglise par un sacrement, auquel cas un enfant né hors mariage sera considéré comme "bâtard".
Les bâtards sont très mal vu, surtout chez les nobles, où ils n'ont le droit à aucun héritage, du moins en théorie.
L'infidélité est très sévèrement puni, surtout chez la femme, et l'Eglise interdit de copuler certains jours.
Les divorces ne sont pas autorisés, sauf dans certains cas chez les nobles où un divorce peut être prononcé par un évêque si aucun de ses supérieurs ne désapprouvent.

Les enfants sont généralement envoyés vers les 6 ans, dans le foyer d'un proche de la famille (oncle, cousin, grand-frère...etc.) pour y être élevé. Cette coutume symbolise la confiance que l'ont a pour quelqu'un, et chez les nobles elle entérine une alliance aussi solide qu'un mariage.
Chez les roturiers, l'enfant est considéré comme adulte vers les 14 ans, alors que chez les nobles il est ordonné chevalier qu'à ses 18 ans, mais l'âge de la maturité varie beaucoup et dépend beaucoup de la personnalité des adolescents.

Les laïcs s'occupent de l'éducation des armes, de l'administration, du travail manuel, alors que les clercs enseignent l'écriture, la poésie, les sciences, l'histoire et la géographie. En principe, les écoles ecclésiastiques sont ouvertes à tous, mais rare sont les roturiers à savoir lire et écrire, cela est réservé à une caste d'élite, formée par certains nobles (beaucoup reste illettrés) et le Clergé (qui détient la culture).

Les morts sont enterrés comme le veut les coutumes du Culte de Calanthe.
Après un cérémonial dans une église, le cercueil est placé dans un cimetière, enterré ou mit dans un caveau.

Valeurs
Les valeurs des Boréens ont été façonnées, comme tout le reste, par les enseignements de l'Eglise.
Le respect, la chasteté, la tempérance, la charité, sont des valeurs théoriques que peu respectent, seul l'honneur est vraiment important.
L'honneur crée souvent des conflits et est responsable de la plupart des vendettas, des guerres privés et des morts.
Remettre en cause l'honneur de quelqu'un c'est le provoquer en duel souvent à mort.

Chez les nobles, ces valeurs sont exacerbées dans l'idéal du chevalier.
Mais, cet esprit chevaleresque habite surtout les chansons de geste et les contes, rares sont les hommes à respecter ce modèle de vie.

Les femmes
Les femmes sont surtout vues comme des reproductrices, chargées de faire perdurer la lignée et d'élever les enfants en bas-ages.
Chez les nobles elles servent aussi à faire des alliances entre les grandes familles.

Elles sont aussi le centre de bons nombres de poèmes exaltant l'amour courtois. Par le brave chevalier, la femme doit être courtisée, notamment lors de tournois.

Selon les coutumes, elles peuvent hériter de titre et exercer les fonctions d'un Seigneur, mais cela reste rare et est souvent la cause de conflits.
Techniquement, rien empêche une femme d'entrer dans l'armée et d'exercer de hautes fonctions dans l'administration, mais la misogynie de la société patriarcale boréenne rend cela presque impossible.

Justice
La justice chez les boréens reste particulièrement violente.
Elle est rendue par le Seigneur ou par l'Eglise, mais bien souvent les gens n'hésitent pas à se faire justice soit même, bien que cela soit interdit.
Les traîtres sont pendus, les voleurs jeté en prison, les meurtriers décapités.
La pire sentence est réservée aux hérétiques, qui finissent sur un bûché où ils sont brûlés vifs.

Il existe différentes façon de rendre la justice. Les seigneurs ou leurs représentants peuvent juger arbitrairement, ou bien il peut y avoir un procès et une assemblée de juge, tout dépend des coutumes de la région.
Le clergé a souvent recours aux ordalies pour rendre la justice de Dieu, mais ces méthodes sont de plus en plus proscrites par certains évêques.

Organisation sociale
La société est divisée traditionnellement en 3 : Ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent, le Clergé, la noblesse et le reste (paysans, marchands, artisans).

Dans les villes, on retrouve beaucoup de marchands qui commercent dans tout le pays et ailleurs, des artisans qui s'occupent de transformer les matières premières (forgerons, bouchers, cordonniers, tailleurs...etc.) et des professions libres, comme médecin, banquier ou notaire. On y retrouve aussi des mendiants et des marginaux.
Mais la majorité des gens vivent en campagne, et gagne leur vie en travaillant la terre.
Ils sont soit des paysans libres, tenant un alleux, ou soumis à un Seigneur qui leur loue sa terre en échange de redevance et de corvées.
Pour s'aider à la tâche, les propriétaires terriens les plus riches achètent des esclaves, venus d'Austrée et d'Hyperaustrée. Mais les esclaves tendent à disparaître, notamment sous l'action de l'Eglise qui essaye de faire disparaître la servitude, mais aussi parce que le marché des esclaves est de moins en moins prospère.
Mais les serfs, paysans soumis à un Seigneur, ne valent pas mieux qu'un esclave. Il doivent rémunérer leur suzerain en corvées innombrables et n'ont pas le droit de posséder de biens ou de se marier sans son autorisation.

Le Clergé n'a pas pour seule fonction de s'occuper des âmes des citoyens, ils sont aussi les vecteurs de la culture. Ils sont les enseignants, les écrivains, les historiens.
Est membre du clergé celui qui a reçu la tonsure.

La noblesse désigne toutes les personnes qui on reçut un titre de noblesse, et qui portent donc un nom de famille, celui de leur maison. Les nobles sont à l'origine des militaires qui doivent servir leur seigneur. La noblesse est hiérarchisée, du petit chevalier jusqu'à l'Empereur.

La noblesse est censée donner l'exemple, en défendant l'intégrité de l’Église et du territoire. Mais beaucoup d'entre eux ne sont en réalité que des politiciens en quête de pouvoir pour renforcer leur dynastie.
La noblesse est une caste très fermée où il est très difficile pour un roturier d'y entrer. La processus d'anoblissement peu se faire après avoir rendu un grand service à la couronne, mais généralement il se fait sur un très long terme, sur plusieurs générations à servir un seigneur.

Gastronomie
La gastronomie est extrêmement riche et change selon les régions mais aussi selon la catégorie sociale.

Chez les riches
La viande de bœuf ou de porc est une chose basique et rependue. On peut rôtir, fumer, ou saler selon les envies ou les pièces. Le gibier, tels les sangliers, cerfs ou lapins, sont des trophées de chasses qu'il convient de faire chercher dans les forêts avant l'organisation d'un grand banquet. Les meilleurs mets sont les volailles et volatiles, car ils sont considérés plus proches de Dieu vu qu'ils volent. Les étangs artificiels des seigneurs sont remplis de carpes, de brochets, de tanches ou d'anguilles. Les jardins potagers regorgent de menthe, de clou de girofle, de noix de muscade ou de macis. Servir de l'oie ou du paon est une preuve de richesse extrême qui fera bien voir l'hôte. En fin de repas, il convient de prendre des dragées ou des petites tartes aux fruits.
Depuis quelques années maintenant, les épices venues des royaumes lointains de l'Ouest commencent à assaisonner les plats des Boréens. Très cheres car venant de loin, elles sont prisées par les riches et font la richesse de certains marchands.

Chez les moins riches et les pauvres
Les villageois mangent des choux, des noix et des légumes à racine conservés dans le miel. Ils ne mangent de la viande cuite au pot-au-feu qu'une fois par semaine, et du poisson salé ou séché le vendredi (À cause d'une vieille croyance religieuse qui disait que Calanthe avait vécu avec des pêcheurs). Le beurre est très présent chez les Boréens, riches ou pauvres : avec lui, on fait des galettes, des tourtes, ou des tartes. Le lait écrémé est surtout donné aux petits veaux.
Les plus pauvres se contentent d'eau et de quignons de pains noirs.

Boisson
L'eau est présente, certes, mais les gens boivent surtout du vin et ce en abondance quelque soit la catégorie sociale. Il est très varié selon les régions. La Gallance est réputé faire le meilleur vin rouge, alors que la Valentine produit de l'alcool pétillant et blanc.
Les Boréens boivent peu de bière, une boisson plutôt appréciée par les barbares païens. Seul les Oultresylvains, aux origines barbares plus proche dans le temps que les autres Boréens, boivent plus de bières que de vin.

Mode

L’Église refusant le faste et le luxe, la mode en Borée est très simple.

Les hommes portent des tuniques simples en laine. Les gens aisés rajoutent un surcot de lin serré par une ceinture. Il y a des vêtements spéciaux pour voyager. Les coiffes sont répandues, de la simple cale de toile pour les paysans jusqu'au chaperon drapé pour les nobles. Les chaussures sont des poulaines allongées ou des souliers en cuir verni pour les riches, de simples sabots pour les plus pauvres, des bottes à qualité variable lorsque la météo le demande.
Les aristocrates portent de larges mantels fixés à leur épaule gauche comme signe de statut social. Les Seigneurs les plus puissants aiment se couvrir de longues capes de velours et de soie étrangères.
La mode est un véritable signe de statut social, et peut même révéler beaucoup sur une personne. Ceux extravagants et entreprenants, les riches aristocrates ou les marchands influents aiment porter de grands vêtements fins, doux et luxueux, alors que les puissants plus simples préfèrent des vêtements unis, aux coupes droites et austères, comme un uniforme militaire.

Les femmes portent un vêtement appelé arbitrairement « robe ». Il s'agit de grandes cottes. Les femmes de la noblesse rajoutent des fourrures en hiver. Leurs robes sont ajustées au niveau du buste puis évasées à partir de la taille. Les chemises sont portées sur le corps, et il y a des jeux avec des manches cousues de manière très ajustée par les dames servantes.
Exposer de la peau est très mal vu. Pourtant, sous l'impulsion de la mode valentine, s'affichent aux Cours des seigneurs de Borée des vêtements beaucoup plus fins et échancrés, qui laissent dévoiler des bustes et des épaules.

Revenir en haut Aller en bas
Les Boréens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les royaumes de Borée
» Hiver Boréal
» Suite du Parc Borély
» Horreur Boréale... [Irving, Nora & Crispin]
» Boréas / Tornadus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Blasons de la Gloire :: Univers :: ­ :: Encyclopédie :: Cultures-